L'univers des mots Index du Forum
L'univers des mots Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Premier baiser, premier amour

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'univers des mots Index du Forum -> Lectures en vrac -> Vos textes perso...
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lucien Ruth


Hors ligne

Inscrit le: 13 Jan 2009
Messages: 19
Localisation: Marseille
Masculin Capricorne (22déc-19jan) 蛇 Serpent
Point(s): 568
Moyenne de points: 29,89

MessagePosté le: Sam 7 Fév - 19:30 (2009)    Sujet du message: Premier baiser, premier amour Répondre en citant

    A toutes et a tous, venez avec moi, chercher l’amour ailleurs. Ici ce n’est que trucages, manigances et tromperies. Vous qui êtes propres et innocents, je vous amène loin d’ici,  où « Amour » veut dire encore quelque chose. Je vous préviens, c’est loin d’ici, loin de chez vous, vous devrez tout laisser, votre argent, vos familles, vos chiens et vos poules, votre jardin et vos fleurs, votre télé et votre mobile, votre voiture et votre tiercé, votre bien être ou votre misère. Enfin toute votre vie. Venez avec moi, là où je vous amène, rien de tout cela n’existe.
Et pourquoi pas dans la cinquième galaxie ? Allez, venez nombreux, je vous attends pour ce long voyage!
Départ immédiat, pour « le premier baiser, premier amour ! »
                                        ----
    « Il était une fois, voilà trois millions d’années et des poussières, dans la cinquième galaxie.
    Dans cette galaxie,  dénommée LR71168, se situe une petite planète « Markab 555 ». En fait, elle n’est qu’un point dans l’espace sidéral. On l’a dit, insignifiante puisque aucun vaisseau spatial, ne s’y pose ou presque. Pourtant c’est bien là, que je vis.
Et là, sur « Markab 555 »  Il s’est passé dernièrement, un évènement peu ordinaire. On venait d’inventer et mettre en place, la loterie. Voilà, une idée géniale. Petite planète mais grande intelligente. Bref !  C’est ici, sur « Markab 555», que nos chercheurs, ont découvert ce jeu qui amusent beaucoup les Markabans, et enrichissent les organisateurs.
     Une loterie, ce n’est pas très compliqué. Il faut donner deux thés de notre monnaie universelle, pour avoir en échange un ticket. Puis, dans une grosse boite, les organisateurs mélangent les milliers de tickets récoltés, pour n’en sortir qu’un.
    Et bien, il se trouve que le ticket sorti de la grosse boite, c’est justement le double du mien. Voilà l’astuce ! Qui aurait pensé à çà. C’est ce qu’on appelle le hasard, me dit-on. Grâce à ce hasard, J’ai eu le seul et unique prix. Soit, un billet pour un voyage intersidéral. Incroyable, tout çà ! A peine pour deux thés. Aussi, le billet, je l’ai conservé, dans une petite boite ronde en métal blanc, que je porte toujours sur moi!
    C’est aujourd’hui le grand départ. C’est la première fois que je sors du système pour découvrir ma galaxie. Une chance, je vais enfin découvrir des choses magnifiques. C’est un voyage aller-retour. On part d’un endroit, c'est-à-dire, d’où je suis, et on revient à ce même lieu. Comme le voyage est très long, on va nous endormir, et quand on nous réveillera, on se retrouva au même endroit, donc au point de départ, et tout çà, sans angoisse, et surtout sans fatigue.  
Tout le vol sera filmé et une disquette nous sera remise à notre arrivée, comme souvenir. J’ai vraiment de la chance, ce hasard est bien tombé. Je ne vous ai pas dit mon nom, je m’appelle Sitrop, je vis seul, mais je cherche une amie, pour être moins seul. Peut-être la trouverais-je lors de ce voyage, si le hasard voulait bien être encore à mes côtés.
    Dans le vaisseau intersidéral, par contre, je ne suis pas seul. A coté de moi, devant moi, derrière moi, il y a des gens, des touristes principalement. Ce sont des personnes venues d’autres planètes qui ont payé très cher leurs places. Il y a des Scheataires, des Mirfakeurs, des Muphredeurs, des Antaresseurs brefs, je suis le seul Markabans ! Physiquement, ils sont très différents de moi, et tous différents entre eux. Bien que dépourvu de vêtement il m’est impossible de savoir, si ces passagers sont des males ou des femelles.
    Ils sont flasques et glabres, certains sont exagérément velus, comme de la  fourrure. D’autres sont osseux, longs et caverneux, ils sont rouges ou laiteux, et même certains, sont très transparents, on voit tout  leur intérieur, ils ont de grosses veines rouges et vertes, ç’est  dégoûtant. J’ignore où se trouvent leurs bras, ou même leur tronc. Ces gens qui ne sont pas de ma galaxie, je les trouve fades et horribles. Certains puent surtout les blancs, qui sont transparents, ils semblent malades, et me donne envie de vomir.
Ah, enfin, c’est le départ, chacun se place dans des sortes de boîtes vitrées. Des stewards, viennent vérifier l’étanchéité,  contrôlent et actionnent des manettes de gaz. Ils me font un signe d’encouragement, et je m’endors profondément comme tous les autres passagers.
    Une, deux ou trois semaines plus tard, je me réveille. J’entends un petit clic, suivi d’un long bruit d’échappement d’air puis l’épaisse vitre de protection s’ouvre. J’ouvre les yeux, serions nous arrivés ? bien vite, j’aperçois les passagers qui s’extraient de leurs boîtes. J’en fais autant.
    A notre grande surprise, tout l’avant du vaisseau est très en pente et il y a beaucoup d’eau dans la cabine de pilotage. Tout est brisé, torsadé, et çà fument de tous cotés. Des câbles sont arrachés et çà sent le brûlé. Il y a une longue déchirure sur le flan droit. Très vite dans le vaisseau, il y règne une dissonance de sons désagréable de la part des passagers, voire, un début de panique. Cà crie et çà se presse pour sortir, pour évacuer le vaisseau. Aucun doute, celui-ci s’est crasher quelque part, sur une planète inconnue. La chute de l’engin a été  ralentie par de grands arbres d’une immense forêt toute proche. Le commandant et ses cinq équipiers, tous des Markabans, ont sans doute péris dans l’accident. Nos boites vitrées, de bonnes résistances, ont supporté le  grand choc. Mais, où sommes nous ?
    Dehors, je suis sur une longue et large plage, je vois devant moi, une grande mer et sur ma gauche, le nez du vaisseau complètement immergé, l’eau de mer a éteint l’incendie dans le cockpit et en même temps, noyé les pilotes. On ne peut plus rien faire pour eux.
 Derrière moi une immense forêt de grands arbres où se dessine sur plus de huit cent mètres, une large trace fumante, celle du vaisseau. En fait nous nous sommes écrasés  sur une grande et profonde crique, heureusement amorti par la forêt, mais où, sur quelle planète ? De toute façon çà nous sert à rien de le savoir. L’air est bon et bien agréable à respirer, et nous sommes en vie.
    Comme sur « Markab 555», Il existe sur cette planète inconnue, un soleil brillant et très chaud. Il  éclaire, un magnifique paysage, sur 360°. Donc, des jours et des nuits, vont se succéder, comme chez moi ! En fait, il y a peu de différence entre chez moi et ici, sinon que la mer ici, est bizarre et à un drôle de goût, alors que sur « Markab 555 », l’eau est sucrée et notre soleil est moins brûlant! Tous les passagers sont sur la plage et semblent, supporter mal les conditions climatiques de cette planète. Ils se parlent entre eux par des roucoulements nerveux. Certains même regagnent précipitamment l’intérieur du vaisseau. Le fort soleil les incommode.
    On se trouve donc accidenté, dans une superbe crique entre mer, terre et ciel. Dans un lieu inconnu. J’espère non désert, sinon au moins, pourvus de nourritures. Mes compagnons d’infortunes, sont décidemment incompréhensibles à la foi dans leurs gestes et dans leurs langages. Il faut vite s’organiser. Non, je veux dire, il faut que je m’organise seul, car faut pas que je compte sur eux. Ils semblent hésiter entre, rester sur la plage ou bien retourner dans le vaisseau, qui entre autre, offre un solide abri contre les rayons de soleil, très puissants pour leur peau délicate.
    Comme de partout, en état d’extrême, il faut vivre et donc manger, je m’aventure ainsi dans la forêt à la recherche de nourritures. Peu après, j’entends que l’on marche derrière moi. Je me retourne et aperçois un des passagers que je n’avais pas remarqué avant. Il est seul et je pense, fait comme moi. Il est  à la recherche de fruits ou autres plantes comestibles. C’est vrai, cette personne est différente des autres, en tous points. Elle se tient debout, marche normalement, tout comme moi. La personne est maintenant tout prés. Je lui fais un signe d’amitié et lui souris. La personne répond à mon sourire, et c’est pour moi très encourageant. Elle a des yeux à peine enfoncés, un petit nez bien dessiné, une jolie bouche en cœur et une chevelure bizarrement ondulée, dont quelques mèches tombent sur un très joli front, très agréable à voir.
A l’inverse des autres, la personne porte un vêtement, soit une simple et unique robe ocre brun, qui lui descend jusqu’aux pieds. Serait-elle une femelle ? Sa peau est fine et sensible, ses bras, sont rosés, ainsi que son visage. Je la dévisage longuement et la personne le fait également pour moi. Enfin, nous nous sourions. Pourquoi ai-je l’air tout à coup, moins seul et presque heureux ? Comment savoir si c’est un homme ou un femme ? On décide par gestes, de continuer ensemble. On s’aventure ainsi, côte à côte dans la forêt, examinant chaque arbre ou arbuste à la recherche de fruits divers. A partir de cet instant, je ne la quitte pas, je l’examine discrètement et attentivement, je cherche sur elle les moindres rondeurs, observe sa poitrine sous une robe trop ample, je regarde ses reins, ses hanches, ses fesses. Et rien ne me laisse penser encore, qu’il s’agit d’une femelle. En tout cas, je trouve qu’elle n’a rien de masculin. Je me lance et lui dis en articulant bien:
  -« Moi, je suis Sitrop ! Sitrop ! Et toi ?»
Il ou elle semble avoir compris ! Avec un geste précis, se désigne et articule :
  -« Pigtys!  Puis répète en appuyant sur chaque syllabe,  Pig tys !  Sa voix et son nom, en tout cas, sont très féminins! ».
Soudain, il ou elle bondit dans un bosquet, se  débat sauvagement, pousse un cri, que je suppose de victoire et se relève avec, au bout des bras un petit animal à fourrure grise bien dodu qui s’agite nerveusement. Il ou elle le tient par de longues oreilles, puis avec ses deux mains enserre fortement,  la bête qui a quelques soubresauts, pour enfin s’immobiliser étouffée.
Ouf ! Cà, en tout cas, ce n’est pas féminin. Toutefois, je le ou la félicite en frappant des mains :
-« Bravo, Pigtys, c’est une belle bête ! ».
Il ou elle sourit.
    C’est plus tard, alors que nous finissions de déguster l’animal cuit à la braise, que j’ai su qu’elle pouvait être une femme. En effet, elle s’éloigna un instant de quelques mètres, jusqu'à un bosquet. Puis à travers le feuillage, je l’ai vu,  relever sa longue robe ocre, puis se baisser pour uriner.
    Quand elle vint me rejoindre. Mon attitude envers elle, changea aussitôt, je suis tout prés d’elle, Je lui prends la main et je la regarde dans les yeux, je parcours son visage et dépose un baiser sur son front. Elle sourit. J’effleure longuement, de ma main, ses cheveux soyeux, elle se laisse faire.
    Je veux ôter un dernier doute. Il y a des signes qui ne trompent pas.
Je caresse ces cheveux et dégage entièrement son cou. Il est d’une finesse extraordinaire et comble de joie elle porte sur chaque oreille, un médaillon en forme de cœur, fait dans une  pierre précieuse et des boucles d’oreille çà, c’est très féminin !
    Pigtys penche sa tête sur mon épaule, je la prends par la taille et nous rejoignons ainsi la plage. Un soleil couchant nous accueille. La beauté du ciel rougeoyant et son reflet dans l’eau, sont admirables. On remarque que la plage est totalement abandonnée, seul un grand feu de bois est allumé, on s’y installe tout prés, sans nous préoccuper du sort des autres passagers.
    Pigtys et moi, nous nous ressemblons quelque peu, elle est seul comme moi, et cherche je pense, un ami pour être moins seule, tout comme moi. Ensemble sur cette planète inconnue, notre destin est tout tracé, nous savons d’avance que nous ne nous quitterons jamais. On viendra à se parler à se comprendre entre nous et très vite dans ces lieux sublimes, entre terre, mer et ciel.
    Elle dessine sur le sable deux cercles puis un troisième à coté, plus grand avec des rayons, c’est une étoile. Elle désigne un des petits cercles et me fait comprendre qu’il est à moi, l’autre est a elle, sa planète s’appelle : « Shaula ». Shaula et Markab, deux planètes du même  système, dans la même galaxie. Notre galaxie !
-« Nous sommes voisins lui dis-je, pourquoi ne sait-on pas rencontré plus tôt ? ».
Interrogative, Elle fronçe les sourcils, avec un léger sourire  
-« Je t’apprendrai à me comprendre, et tu m’apprendra à te comprendre, on a tout le temps lui dis-je! »
Là, Pigtys, m’a déjà compris puisqu’elle fait un signe de tête pour me dire « oui ».
Sur la plage, on s’est enlacé, j’ai senti ses rondeurs et ses charmes  et l’ai embrassée. J’ai épousé ses formes, et on s’est aimé sur cette plage inconnue.
Merci au hasard qui m’a fait connaître Pigtys et l’amour !
Trois millions d’années plus tard…
        De gros travaux de restaurations sont entrepris sur le vieux Port à Marseille.
    Au matin du 7 Novembre 2005, les hommes du chantier ont découvert, de vieux ossements. Il s’agissait des restes d’un couple enlacé de très bonne conservation. La femme portait des boucles d’oreille faites de pierres inconnues, l’homme avait sur lui, une boite en métal argenté. L’âge du couple est estimé à trois millions d’années. Il s’agit d’une découverte inestimable d’une grande richesse historique pour Marseille et pour notre planète entière. On venait de découvrir, le tout premier baiser et le premier élan d’amour qui a été donnés sur notre terre.  A Marseille justement, au vieux port. Là où trois millions d’années plus tôt, n’était qu’une magnifique crique vierge.
    Les objets précieux, récupérés sont exposés dans la chapelle de Notre Dame de la garde avec cette simple inscription, « dons de la ville de Marseille » Quant aux ossements ils ont été exhumés et confiés au Musée d’Histoire Naturelle, bien sûr, conservés dans l’état où il ont été découvert, comme une résurrection. Pigtys et Sitrop, un couple à la fois, le plus vieux et le plus jeune au monde, toujours unis par un amour éternel, indissociable.
Le hasard encore !
Lucien Ruth  (22 Octobre 2007)
F I N







 




         
(Photo : AP /Archaeological Society SAP, ho)





 

*****************
Je souhaiterai partager mes histoires que j'ai imaginé. Des histoires vraies mais qui ne sont pas encore arrivées!

"Ecrire, c'est parler sans être interrompu" Jules Romain


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Sam 7 Fév - 19:30 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Stéphane Fouasseur
Top posteur N1
Top posteur N1

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2009
Messages: 56
Localisation: Ermont
Masculin Sagittaire (22nov-21déc) 鼠 Rat
Point(s): 1 702
Moyenne de points: 30,39

MessagePosté le: Sam 7 Fév - 19:48 (2009)    Sujet du message: Premier baiser, premier amour Répondre en citant

Un petit air de "la nuit des temps" de Barjavel qui ne me déplait pas! au contraire: Okay
*****************
Les Mots contre les Maux...


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Eric Bertorello
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2009
Messages: 347
Localisation: BDR
Masculin Poissons (20fev-20mar) 馬 Cheval
Point(s): 1 994
Moyenne de points: 5,75

MessagePosté le: Lun 9 Fév - 10:08 (2009)    Sujet du message: Premier baiser, premier amour Répondre en citant

Très joli texte... 
*****************


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Danielle
Top posteur N1
Top posteur N1

Hors ligne

Inscrit le: 27 Déc 2008
Messages: 71
Localisation: France
Féminin Bélier (21mar-19avr) 羊 Chèvre
Point(s): 835
Moyenne de points: 11,76

MessagePosté le: Mar 17 Fév - 00:55 (2009)    Sujet du message: Premier baiser, premier amour Répondre en citant

Texte passionnant. on a envie de connaître vite la fin de l'histoire,L'amour traverse le temps!..

Revenir en haut
Lucien Ruth


Hors ligne

Inscrit le: 13 Jan 2009
Messages: 19
Localisation: Marseille
Masculin Capricorne (22déc-19jan) 蛇 Serpent
Point(s): 568
Moyenne de points: 29,89

MessagePosté le: Mar 17 Fév - 10:08 (2009)    Sujet du message: Premier baiser, premier amour Répondre en citant

Merci Danielle, merci à tous, pour vos commentaires, sans oublier Marie qui grace à son site, met à notre disposition un merverveilleux support d'écriture!
*****************
Je souhaiterai partager mes histoires que j'ai imaginé. Des histoires vraies mais qui ne sont pas encore arrivées!

"Ecrire, c'est parler sans être interrompu" Jules Romain


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Admin - Marie BARRILLON
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Déc 2008
Messages: 576
Localisation: Paris
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 羊 Chèvre
Point(s): 3 456
Moyenne de points: 6,00

MessagePosté le: Mar 17 Fév - 21:51 (2009)    Sujet du message: Premier baiser, premier amour Répondre en citant

Merci à vous tous surtout car sans vous le forum ne vivrait pas.
*****************
Mes jours manquent d'heures, pour en faire plus


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:08 (2017)    Sujet du message: Premier baiser, premier amour

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'univers des mots Index du Forum -> Lectures en vrac -> Vos textes perso... Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com